HISTORIQUE DE L'ART-THÉRAPIE HUMANISTE:

L’art-thérapie est très récente historiquement. En Europe d’abord, puis aux Etats-Unis, les artistes engagés pour occuper les résidents en psychiatrie se sont vite aperçus que leurs action avaient des impacts psychothérapeutiques très bénéfiques, et ils se sont mis à observer et à documenter scientifiquement leur intervention. Plusieurs journaux professionnels sont ensuite nés, et il existe maintenant une littérature spécialisée de plus en plus imposante sur le sujet. Comme les artistes devaient s’adresser à des psychiatres d’orientation psychanalitique pour la plupart, les art-thérapeutes se sont tous formés en psychanalyse, et la plupart ont actuellement recours au rationnel psychanalytique d’intervention pour expliquer leur action. D’autres, cependant, utilisent plutôt l’approche jungienne, l’approche des relations d’objet, l’approche adlérienne ou kleinienne, et d’autres encore l’approche humaniste,

Il a fallu attendre Janie Rhyne, dans les années 70, pour voir naître l’approche gestaltiste en art-thérapie, dans le courant humaniste. Innovant encore davantage, Rhinehart et Engelhorn ont développé, dans les années 80, l’approche par le processus (art processus therapy), joignant l’approche jungienne dans leur rationnel d’intervention. Rhinehart et Engelhorn, au lieu de se limiter à l’utilisation de l’œuvre finie, ont aussi recours à l’amplification de la ligne, de la forme ou de la couleur, dès qu’elles apparaissent sur le papier, pour en explorer la direction et le mouvement jusqu’à en faire ressortir la signification psychologique inhérente et inattendue. Elles conçoivent l’art-thérapeute comme un spécialiste du processus, qui utilise l’observation de celui-ci comme principale source de ses interventions, alors que la signification appartient au client, conçu comme l’expert sur son propre vécu, une orientation typiquement humaniste.

Au Québec, beaucoup d’art-thérapeutes francophones ont été formés dans cette approche, d’abord à l’Institut de formation professionnelle en psychothérapie par l’art, de 1995 à 2005, ou les deux principales professeures avaient été formées par Rhinhart et Engelhorn ( au Eagle Rock Trail Art Therapy Institute de Santa Rosa en Californie, qui a d’abord fonctionné en étant affilié à l’université Sonoma, puis s’en est détaché), puis à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, où on enseigne aussi l’approche par le processus en art-thérapie et qui a développé des programmes depuis 1997. L’université Concordia a été la première à offrir des programmes d’art-thérapie au Québec, soit depuis 1980.